CHRONIQUE DE LA HAINE ORDINAIRE

12 Dec 2016

 

 

Le jour d'après...

Je n'ai pas voulu écrire de suite, de peur sans doute de choquer, voir d'indigner de par des mots trop durs, trop lourds, trop...

Alors j'ai laissé passer cette fin de dimanche et puis presque tout le jour d'après.

C'est une belle journée qui s'annonce, le soleil brille haut dans le ciel, il fait presque chaud, nous allons disputer un match capital contre Villejuif, leader invaincu du championnat U19 Dhr, poule C.

Bien que diminués, (la suspension de Louis, les 2 forfaits de dernières minute, je n'ai que 12 joueurs dont 2 encore blessés) les Vincennois sont confiants et plus motivés  que jamais.

Même le retard inexcusable de Maxime, arrivé 1/2 heure avant le coup d'envoi n'entame pas le moral des joueurs, ils sont prêts.

15ème minute, nous sommes menés 1-0

50éme minute, nous revenons au score; 1-1

En face de moi, dans leur cage de plexiglas, les fauves se réveillent, les premières insultes claquent comme des coups de fouet.

Nous sommes meilleurs de la tête et des épaules...de et dans la tête surtout !!

60éme minute, Adam part le long de la ligne de touche, élimine son adversaire et déclenche une incroyable  frappe enroulée qui va se loger dans le petit filet adverse !!

Nous menons 1-2, logique, logique et mérité !!

 

Et puis, les fauves sont lâchés, ivres de haine et de violence.

Ils se ruent hors de leur cage, éructent, vocifèrent, fiers qu'ils sont d’être, à l'unisson tous aussi abjectes les uns que les autres!!

C'est dabord ce gamin, coupable qu'il est de n'avoir pas vu un ballon rouler prétendument en touche et à peine plus âgé que les joueurs qui devient la cible à abattre,  au sens propre comme au figuré !

Insultes bien sur, mais menaces, menaces de mort, menace des pires exactions.

Les Vincennois ensuite deviennent dans leur logique de pseudos supporters décérébrés les cibles toutes naturelles, ils évoquent les pères, les mères, menacent de meurtre à nouveau...

Personne ne s'interpose, dans le camp d'en face, personne ne s'offusque,  Laurent à la touche ne bronche pas malgré la violence des propos à son égard, le coach adverse me dit en souriant de ne pas m’inquiéter, que c'est normal (????)

Les menaces et insultes sont en flot continu, l'arbitre a peur, il a raison...à sa place qui n'aurait pas peur ? 

Tous ça dépasse ce jeune garçon qui a sans doute du mal à comprendre ce qui lui arrive, au point de changer le cours du match de façon INCROYABLE !!!

70ème minute,

Villejuif presse pour revenir au score, débordement sur la gauche, centre, tête à bout portant. Alexandre fait une parade extraordinaire, le jeu se poursuit, les joueurs de Villejuif ont encore la balle quand un coup de sifflet stoppe tout le monde.

L'arbitre montre le rond central, pour lui Alexandre a bien sorti le ballon...mais derrière la ligne !!! INCROYABLE !!!!

De l'autre coté les fauves se déchaînent de plus belle, l'un d'entre eux fait le tour et se place derrière moi, il veut m'arracher la tête et la donner à son chien !!!

Pendant ce temps Nathan est au sol et se tord de douleur, on laisse jouer, je ne peux pas soigner Nathan, un joueur de Villejuif le traîne sur la touche, la scène est surréaliste, nous sommes 10, Mehdi ayant été à nouveau touché à la cheville, je n'ai plus de remplaçant, la situation est intenable,les Vincennois n'y sont plus, trop de haine, trop de violence, trop d'incompréhensions, trop d'injustices et plus du tout de football...

Nouveau débordement, nouveau centre, nouveau but...

3-2

Le match se termine, la horde d'en face regagne sa cage, la bave aux lèvres, la satisfaction du devoir accompli et toute la bêtise humaine sur ses épaules en guise de victoire.

Je serre la main de ce jeune arbitre apeuré qui tremble de tout son être, se demandant encore ce qu'il fait là, lui qui croyait venir arbitrer un simple match de football amateur...

ALEXANDRE, MARIUS, RANDY, MAXIME, THOMAS, ANTHONY, NILS, NATHAN, DYLAN, MEHDI, FABIO, ADAM, et toi LOUIS venu encourager les copains,comment avez vous fait pour supporter et accepter tout ça sans broncher, sans provoquer, sans même riposter ?

Jamais à votre âge je n'aurais été capable d'une telle force de caractère !! 

Je sais que la déception et le sentiment d'injustice sont lourds à porter mais laissez moi vous écrire qu'il n'y a pas aujourd'hui, d'éducateur plus fier de ses joueurs que moi.

Je m'en doutais, maintenant j'en suis sur j'ai de la chance et vous bon sang, VOUS ETES DES BONHOMMES !!!

Bruno TICHADOU

 

 

 

Please reload